Fleche D'Adamantine

Chaque ordre pratique des techniques de défense occultes essentielles, mais la Flèche d’Adamantine va plus loin, internalisant la métaphore de guerre. Il s’agit de la pratique politique et la praxie occulte. Pour certains, c’est un dur et ascétique chemin qui consomme la couardise et encourage l’action plutôt que la contemplation. D’autres voient l’ordre comme la plateforme parfaite afin de mener les batailles secrètes des Eveillés, vendant des services au plus offrant ou même en arrachant des lieux de pouvoirs aux mains des faibles. Par dessus tout, toutefois, la Flèche d’Adamantine agit. Il n’est pas enseigné de réclusion sans but aucun, de méditation nombriliste, ou de faible pacifisme. Elle sait que les Eveillés sont au milieu d’une guerre ésotérique, et elle apporte une main forte afin de soutenir le bon côté.

Mais il y a la question : De quel côté est le bon côté ? Autrefois, la Flèche protégea Atlantis contre toute menace, interne et externe. Elle s’appelait l’Ungula Draconis, la Griffe du Dragon. Nul ne peu nier qu’il s’agissait d’un travail juste, car il gardait vivant la flamme du pouvoir humain dans un age où sévissaient de nombreux monstres et des sorcières renégates. Lorsqu’il s’agissait d’Atlantis, il n’y avait aucun doute et aucun compromis, même si les terres souffraient des raids et des ruines pour sa gloire Eveillée.

Avec le temps, l’idéal se transforma en guerres et conquêtes. Un simple soldat dans les rues lumineuses de la cité pouvait devenir un dieu dans les terres sauvages. L’arrogance mène à la Chute et la Chute mène à l’Exil. Atlantis se fragmenta et la Flèche d’Adamantine protégea les morceaux. La Flèche a toujours clamé être au-dessus des politiques, dévouée au pur devoir de défense des secrets de la magie contre ses détracteurs. Aujourd’hui, toutefois, le doute et l’opposition ruinent le vieil ordre. Chaque fois qu’un mage de la Flèche choisit un côté, il sculpte l’arène politique. Il est étonnant que de tels mages deviennent souvent impatients avec le seul devoir de garde et tâchent de s’emparer du pouvoir pour eux-mêmes. Une Flèche est un guerrier avant tout, mais ce n’est pas une appellation aussi étroite que de nombreux le suspectent. Pour chaque combattant de première ligne qui déchire les horreurs de l’Abysse à mains nues et avec âme, il y a un stratège qui observe et manipule les motifs secrets du monde. Les conflits économiques, écologiques et ésotériques sont étudiés, maîtrisés et modelés dans n’importe qu’elle forme que la Flèche désire. Les mages voient la réalité comme un assemblage de calques, remplit de signes et de mouvements invisibles au non-initié. L’art de la guerre Eveillé suit ces motifs en utilisant des techniques par milliers.

La Flèche d’Adamantine est sure de son origine à Atlantis, mais elle ne se revendique pas d’évènement historique particulier. Au contraire, elle soutient les vertus communes des guerriers de nombreuses cultures. Une Flèche peut faire savoir que ces vertus sont la radiance spirituelle de l’héritage de l’ordre après l’Exil, une torche brûlant afin de guider les soldats de tous âges hors de la violence gratuite vers une éthique commune de la justice. Si cela est vrai, toutefois, cela pose un paradoxe, car l’ordre charrie en lui-même la capacité d’atrocité, dirigé par la junte et une soif pour un pouvoir violent et s’auto justifiant. Comme l’art occulte de la guerre, ce défaut peut se manifester dans des variétés sans fin, le rendant difficile à détecter et à vérifier. La Flèche d’Adamantine reconnaît le problème essentiel mais n’est jamais sûre qu’une action particulière confirme ses idéaux ou ses péchés.

Seul le juste service donne un sens à la vie d’une Flèche. Après la Chute, l’ordre défendit les autres mages des nouveaux dangers du Monde Déchu et jura des serments de loyauté. Aujourd’hui, cela est toujours le rôle principal de la Flèche d’Adamantine. Leurs mages défendent les sanctuaires et les cabales aussi longtemps qu’ils sont les héritiers légitimes d’Atlantis. Certaines soi-disantes Flèches gardent des choses mauvaises qui ne peuvent (ou à cause de quelque cruelle fatalité, ne doivent pas) être bannies du monde.

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License